Carpe : Comment pêcher a coup sûr ?

carpe-peche4
Rate this post

Tout savoir sur la carpe !

Je vis dans une ville de bord de mer à quelques kilomètres de Bari. Je respire l’air marin et je rêve de vues teintées de bleu tous les jours. Pourtant, il y a quelque chose qui me pousse à aller loin à la recherche de la carpe, un poisson qui amuse par sa simplicité, capable d’égayer une froide matinée d’hiver en redécouvrant la technique du ledger. Janvier et février sont des mois d’impasse car le passage au printemps se fera à la fin mars. Les journées sont souvent brumeuses et glaciales mais, sous l’eau, les poissons sont toujours actifs. Nous portons des écharpes et des manteaux pendant qu’ils hibernent. Ils vivent librement, se nourrissant à doses limitées et attendant le tournant des saisons. Une journée sur le lac est toujours fascinante, même si elle est teintée de brouillard et d’atmosphères sucrées rappelant les paysages anglo-saxons. Le souvenir de l’été est loin, et y penser éveillerait une certaine nostalgie. Nous sommes à l’extérieur, parmi les arbres et les prairies dénudées, avec des niveaux d’eau en hausse qui sont de bon augure pour la saison à venir. Pour avoir d’autres astuces et conseils sur la pêche n’hésitez a lire ces articles !

Faisons mieux connaissance avec elle : la carpe !

Avec la naissance des lacs artificiels et leur remplissage, les hôtes allochtones comme les carpes, les brèmes et les carpes ont pris le dessus (artificiellement). Ces derniers appartiennent à la famille des cyprinidés, qui proviennent d’Europe centrale et d’Asie. Grâce à l’apport de l’homme, elles se sont répandues le long des rivières qui donnent naissance aux réservoirs, s’adaptant à des conditions parfois extrêmes.

carpe-peche4

Habitat de la carpe

On les trouve aussi dans des eaux polluées, peu oxygénées, à faible courant et même chaudes, typiques des étés brûlants du sud ! La qualité de la viande est très médiocre, mais ce n’est pas un obstacle pour les pêcheurs à la ligne. La carpe a un tempérament calme et une nature sociable. Il se développe sous des formes naines lorsque le milieu environnant est limité, mais atteint de grandes tailles dans des habitats plus libres, atteignant presque un kilo de poids. Sa livrée tend vers le blanc mais dépasse parfois le jaune doré en raison d’un éventuel croisement avec la carpe, parfois appelée « carpe carpati ». La carpe est un poisson pour presque toutes les techniques de pêche à terre : anglaise, bolognaise, roubaisienne et ledgering. L’article d’aujourd’hui se concentre sur le ledgering, une spécialité importée de Grande-Bretagne en Italie qui connaît un énorme succès année après année, même au niveau compétitif.

L’éclairage

Les températures froides exigent des vêtements lourds, et ce n’est pas un hasard si je vais à la pêche avec un bonnet, un sweat-shirt et un jean au tissu renforcé. Nous sentons le froid sur notre peau et les carpes aussi. La baisse de température rend les poissons plus abuliques, leurs fonctions primaires sont donc ralenties mais pas annulées. En clair, on pourrait dire qu’une carpe va déjeuner et dîner tous les jours, mais qu’elle mange des repas plus petits parce qu’ils prennent plus de temps à digérer en raison de la moindre activité sous-marine.

En matière de pêche, tout cela se traduit par une consommation plus rare, des touches timides et des combats un peu limités (mais passionnants) par rapport à la saison de frai de printemps. Les poissons ont tendance à se déplacer en eau profonde et à rester sur le fond à la recherche de nourriture. Nous allons essayer l’une des nombreuses philosophies du ledger, privilégiant la légèreté : le menu se compose d’une mangeoire à cage et d’un power-gum avec une borne souple. Nous allons tenter la carpe avec un succulent repas protéiné, qui tombera du ciel presque comme un cadeau de Noël ! Le choix de la gomme de puissance n’est pas fortuit. J’ai remarqué qu’il se comporte mieux à la pêche que le classique « anti-tangle ». Tout d’abord, il semble plus précis lors du lancer et ne change pas sa trajectoire. De plus, lorsque vous êtes subtil, il transmet mieux les morsures et ne les éteint pas. Des tests répétés dans trois barrages différents m’ont donné raison au sujet des voisins qui, par choix personnel, ont continué à utiliser l’anti-enchevêtrement.

Ligne pour la pêche de la carpe à la plombée

carpe-peche4

Le diagramme de l’image est à la portée de tous. Le long de la ligne 0.16/0.18, nous passerons un bouchon en caoutchouc, une perle, un mousqueton et ensuite une deuxième perle qui servira de garde-corps. Nous accrochons la ligne à une longueur de 15 cm de powergum prêt à l’emploi (j’utilise généralement le modèle Middy acheté en ligne en Angleterre). Nous connectons une borne de 30 cm 0,12 à l’émerillon du powergum, en l’armant d’un crochet rond de 12 mm, qui tiendra un drapeau composé de 5 mésanges. L’appât sera grand et invitant, capable de se déplacer même par temps froid. Le secret pour garder les larves en vie consiste à les conserver après l’achat.

Nous les conservons dans le réfrigérateur et portons un « sac en bandoulière » pour le chum, les gardant au chaud pendant le trajet. Pendant que nous pêchons, nous prendrons soin de placer le sac sous nos vêtements techniques. La chaleur du corps les fera bouger jusqu’à ce qu’on aille pêcher. Cette méthode fait généralement la différence pour les larves moribondes ou presque congelées. Les bigoudis doivent être changés souvent, tous les quarts d’heure. Il souffre du gel et meurt, perdant son attrait en raison du manque de mouvement. Si nous n’en disposons pas dans le magasin, nous opterons pour des vers de terre.

Mangeoire et appât pour cage

carpe-peche4

L’hiver nous oblige à jouer toutes les cartes possibles pour obtenir des performances maximales avec un minimum d’efforts. La combinaison d’une mangeoire à cage et d’un éclairage est une carte à expérimenter. L’alimentateur à cage a la capacité de charger la craie et de la relâcher dans la zone de pêche dans un laps de temps relativement court. Les carpes, intriguées par le nuage d’appâts, s’approcheront sur le lit déposé sur le fond. La congélation de l’eau comporte quelques pièges. La principale est la non-dissolution de l’appât dans la mangeoire de la cage. Il est nécessaire de choisir le bon modèle en fonction de la profondeur à laquelle on va opérer. Le temps de dissolution est proportionnel à la largeur des trous (également appelés mailles), c’est-à-dire que plus ils sont larges, plus l’appât entrera en contact avec l’eau.

Sur les eaux peu profondes et les courants faibles, je recommande les types à larges mailles, de 15 à 30 grammes. Pour les eaux plus profondes, nous utiliserons des cages à mailles plus étroites, en matériau ferreux ou en plastique, pesant entre 25 et 50 grammes. Pour cet article, j’ai utilisé un appât à carpe à grain moyen, riche en substances appétissantes, du maïs tout-venant et des jigs. Le mélange doit d’abord être tamisé, puis rempli d’autres composants afin de l’étirer au mieux. S’il ne se dissout pas correctement à chaque récupération, vérifiez sa consistance, ce qui le rend plus malléable au toucher. L’eau froide est souvent un obstacle à la dissolution des substances trop contraignantes ou compressées.

Carassi, l’un après l’autre !

carpe-peche4

Lancer, attendre, tirer. Si seulement tout était aussi simple ! L’idée dominante est liée au concept statique de la pêche de fond, qui est fait de pauses et de silences. En ledgering, grâce à l’appât et à l’action de pêche plus raffinée, les moments de fibrillation du poisson dans la canne sont plus fréquents. Nous lançons l’appât à des distances moyennes à longues, sans forcer le trois-pièces. Nous posons la canne sur le porte-canne presque parallèlement à l’eau et nous nous concentrons sur les touches du poisson. Les départs vertigineux sont très rares. Nous assisterons à des morsures légères et à des tentatives stériles de fuite. Nous verrons souvent une touche après l’autre jusqu’à la touche décisive. Il ne tient qu’à nous de saisir l’occasion sans tomber dans l’excès. Partez à l’assaut de vos endroits préférés en suivant les directives décrites dans l’article !